Grâce à #AlertePollution, une association retrouve l’origine des #TéléphonesGarfield qui polluent les plages du #Finistère depuis plus de trente ans

Après notre enquête, un agriculteur de la région a permis de localiser les vestiges d’un conteneur échoué dans les années 1980, d’où s’échappaient les téléphones en plastique. Nous avons suivi l’expédition, sur place, d’une association de nettoyage du littoral.

Les félins sont cachés à une dizaine de mètres du sol, dans l’antre d’une grotte marine située à la pointe du Finistère, au cœur du parc naturel marin d’Iroise. Dans cette faille, seulement accessible à la basse mer lors des grandes marées, des téléphones en plastique à l’effigie du chat Garfield, du nom de la bande dessinée créée en 1978, sont étrangement accrochés au plafond. « Le mystère est résolu, nous avons trouvé notre trésor », plaisante Dominique, bénévole au sein d’Ar Viltansoù, une association de nettoyage des plages du littoral breton.

Depuis plus de trente ans, l’équipe ramassait inlassablement ces matous orange, fabriqués dans les années 1980, sans avoir réussi jusqu’ici à en déterminer avec précision l’origine. Intriguée par ces échouages récurrents, la présidente de l’association, Claire Simonin-Le Meur, nous avait alertés sur cette pollution au plastique dans le cadre de notre enquête participative #AlertePollution. Elle évoquait alors la piste d’un conteneur : « Les anciens ont souvenir d’un échouement, possiblement dans la rade de Brest toute proche, sans pouvoir le dater précisément », racontait-elle. L’hypothèse n’avait rien de saugrenu : chaque année, entre 1 500 et 15 000 conteneurs sont perdus par les navires de transport de marchandises, laissant s’échapper leur cargaison, comme nous l’avions montré dans une enquête.

Un secret longtemps gardé

Une fois notre article paru, à la mi-février, l’histoire de Garfield a fait grand bruit, suscitant même la curiosité des médias allemandsbritanniques et néo-zélandais. Sur place, les langues se sont déliées. C’est finalement après avoir croisé des membres d’Ar Viltansoù sur une plage il y a quelques semaines que René Morvan a partagé son secret : cet homme raconte avoir vu, au début des années 1980, le fameux conteneur rempli de téléphones orange.

Selon son récit, les deux frères attendent que la marée soit suffisamment basse et s’aventurent dans les falaises. « Il fallait vraiment bien connaître le coin, poursuit l’agriculteur. On a trouvé un conteneur échoué dans une faille. Il était ouvert. Beaucoup de choses étaient parties, mais il y avait un stock de téléphones. » Mais les deux frères gardent alors cette découverte pour eux. « A l’époque, il y avait plein de choses qui nous arrivaient de la mer », justifie René Morvan sans davantage de détails.

Pendant plus de trente ans, au gré des coups de vent, le ventre du conteneur gonflé de chats Garfield a expulsé de ses entrailles des yeux, des pattes, voire le corps entier du chat : en 2018, environ 200 pièces de toutes tailles ont ainsi été récoltées dans le secteur. Le tout dans un état de conservation « stupéfiant », décrit Claire Simonin-Le Meur. Même les peintures noires, imitant le pelage tigré du félin, sont encore visibles après toutes ces années.

Une pollution massive

Une fois le témoignage de René Morvan récolté, Claire et son équipe décident d’attendre le moment propice pour lancer une expédition, à laquelle franceinfo a pu participer, vendredi 22 mars. Le jour J, choisi en raison de ses forts coefficients de marée (115), nous nous aventurons à marée basse dans les falaises de Plouarzel, gants en caoutchouc aux mains et chaussures de randonnées aux pieds, en compagnie d’une demi-douzaine de bénévoles impatients. « Depuis que l’on connaît la localisation du conteneur, tout le monde trépigne », s’amuse Claire.

Après avoir quitté la plage de sable fin, notre groupe grimpe sur un chaos de roches glissantes, certaines recouvertes d’algues. Jusqu’à trouver les indices que nous attendions. « Mais ce sont des morceaux de conteneurs ! »s’exclame Claire Simonin-Le Meur. Des vérins et des poutrelles, vestiges du conteneur disloqué, jonchent le sable. Juste à côté de la ferraille rouillée, du plastique orange surgit de l’enchevêtrement de pierres. « Il y a le fil jaune et le chat en dessous », alerte Manon, membre de l’association. Très rapidement, les téléphones Garfield font leur apparition, coincés entre les rochers.

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/alerte-pollution/grace-a-alertepollution-une-association-retrouve-l-origine-des-telephones-garfield-qui-polluent-les-plages-du-finistere-depuis-plus-de-trente-ans_3249105.html

Publicités

L’#Allemagne prépare une #loi pour protéger les #insectes

L’Allemagne prépare une loi pour protéger les insectes prévoyant de réduire l’usage des pesticides et de consacrer des fonds à la recherche sur le sujet, a annoncé dimanche la ministre de l’Environnement.

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, a averti lundi une étude qui a mis en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

« Nous, êtres humains, avons besoin des insectes, ils ont besoin d’être protégés avec une loi spécialement pour eux », a déclaré la ministre, Svenja Schulze, à l’hebdomadaire dominical Bild am Sonntag.

Son « plan d’action pour protéger les insectes », que l’agence DPA a pu consulter, prévoit un financement annuel de 100 millions d’euros, dont 25 millions consacrés à la recherche.

Il propose aussi de limiter le bétonnage et les émissions lumineuses la nuit afin d’éviter de désorienter les insectes.

Le gouvernement fédéral prendrait des mesures pour « une réduction significative » de l’utilisation des pesticides « et d’autres substances nocives dans les habitats des insectes », selon le document.

Ce plan d’action prévoit notamment une interdiction d’ici 2023 du glyphosate, herbicide controversé, dont l’Union européenne a renouvelé en 2017 la licence pour cinq ans.

En France, le président Emmanuel Macron s’était engagé à le bannir d’ici à 2021. Mais il a récemment déclaré que son pays ne parviendrait pas à se passer « à 100% » du glyphosate dans les trois ans.

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/l-allemagne-prepare-une-loi-pour-proteger-les-insectes_131552

L’augmentation des #CatastrophesEnvironnementales pourrait entraîner un effondrement #économique comparable à la #CriseDe2008

D’après une étude de l’Institut de recherche sur les politiques publiques (IPPR), les problèmes environnementaux actuels pourraient engendrer une crise comparable à celle de 2008. Les auteurs de l’étude en appellent aux responsables politiques.

Bientôt la fin du monde ? Les problèmes environnementaux actuels pourraient engendrer une crise comparable à celle des subprimes de 2008, selon une étude publiée par l’Institut de recherche sur les politiques publiques (IPPR). Le think thank basé à Londres prédit une instabilité financière, des migrations involontaires, des guerres et la famine. En cause, le changement climatique, les extinctions massives des espèces, l’érosion des sols et la pollution.

L’étude britannique rapporte ainsi un funeste bilan : depuis 2005, le nombre d’inondations a été multiplié par 15, les feux de forêts par sept et la population des vertébrés a diminué de 60 % depuis les années 1970. Les auteurs du rapport demandent aux responsables politiques de prendre en compte l’ampleur du phénomène et de l’accélération de la dégradation de l’environnement. « Nos recherches montrent à quel point il est urgent de comprendre et de traiter un éventail de problèmes environnementaux beaucoup plus vaste que seulement le changement climatique »déclarent-ils.

Des solutions possibles

Les solutions pour sauver la planète seraient de restaurer la biodiversité, renforcer la transition vers les énergies renouvelables et de rétrécir le trou de la couche d’ozone. Sans ces nouvelles mesures, une dégradation de l’environnement pourrait entraîner une défaillance catastrophique des systèmes humains ayant pour conséquence des chocs économiques, sociaux et politiques. « Les futurs problèmes d’approvisionnement en nourriture pourraient entraîner une flambée des prix qui entraînerait des troubles civils, alors que l’augmentation des niveaux de migration pourrait peser lourdement sur notre société » explique l’étude…

https://www.geo.fr/environnement/laugmentation-des-catastrophes-environnementales-pourraient-entrainer-un-effondrement-economique-comparable-a-la-crise-de-2008-194529

Une #BombeClimatique à retardement se cacherait dans le #Pacifique

L’océan Pacifique garderait les traces de la petite ère glaciaire qui a touché notre planète il y a plus de 600 ans. Une poche d’eau froide contribuerait ainsi à «climatiser» la Terre. Et sa disparition pourrait s’avérer catastrophique.

L’océan Pacifique garderait caché bien précieusement au fond de ses entrailles une poche d’eau froide vieille de plus de 600 ans. C’est en substance la conclusion des travaux de deux chercheurs américains publiés ce jeudi dans Science . Geoffrey Gebbie (Institut océanographique de Woods Hole, Massachusetts, États-Unis) et Peter Huybers (Université d’Harvard, Massachusetts, États-Unis) ont compilé des mesures modernes et historiques de circulation océanique pour détecter et quantifier l’influence du refroidissement de la période glaciaire sur les profondeurs intérieures du Pacifique.

Il y a mille ans, l’hémisphère nord de notre planète connaissait une période de réchauffement climatique appelé «optimum climatique médiéval». Cette embellie climatique (bien loin d’atteindre les niveaux que nous connaissons malheureusement aujourd’hui) a été suivie par un refroidissement global, la petite ère glaciaire. Une période qui démarre au XIIIe siècle et notamment caractérisée par une avancée des icebergs dans l’océan. La cause de ce net refroidissement est encore discutée, mais l’hypothèse la plus probable est celle d’une activité volcanique en Indonésie.

Ce que les chercheurs démontrent aujourd’hui, c’est que cette vague de froid qui a touché le globe à l’époque n’aurait toujours pas fini d’être évacuée par l’océan Pacifique. Le froid peut rester très longtemps piégé dans les profondeurs où elle agit alors sur la température globale du globe en absorbant la chaleur. «Cette poche de froid n’est plus présente dans l’Atlantique», précise Françoise Gaill, coordinatrice de la plateforme Climat Océan, conseillère scientifique CNRS. Le grand courant océanique de l’Atlantique nord, le gulf stream, qui transporte la chaleur de l’atmosphère dans les profondeurs, a «épuisé» bien plus rapidement cette réserve que le Pacifique.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2019/01/04/01008-20190104ARTFIG00228-une-bombe-climatique-a-retardement-se-cacherait-dans-le-pacifique.php

#Pollution : les #plantes d’intérieur sont-elles vraiment la solution ?

Dans toutes les jardineries, les plantes dépolluantes promettent d’assainir l’intérieur des maisons, où l’air est 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur.

Des chercheurs américains viennent de mettre au point une plante verte OGM, capable de dépolluer l’air intérieur dans les maisons. Mieux que toutes celles qui existent déjà. Pour la mettre au point, ces scientifiques de l’université de Washington ont croisé génétiquement du lierre avec un gène du lapin. Un gène qui permet à l’animal de lutter dans son foie contre les substances toxiques.

Il existe déjà dans les magasins des plantes vertes censées réduire la pollution de l’air intérieur, mais cela ne fonctionne pas, à moins de transformer votre salon en forêt vierge en y installant des dizaines de plantes. Rappelons que l’air des maisons peut être dix fois plus pollué qu’à l’extérieur.

https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/pollution-les-plantes-d-interieur-sont-elles-vraiment-la-solution-7796064172

#RéchauffementClimatique : vers un #climat qui ressemble à celui qui régnait il y a 50 millions d’années !

Si l’Humanité ne fait rien pour réduire ses émissions de gaz carbonique, le climat sur Terre à l’horizon 2100-2150 va se rapprocher de celui de l’Éocène. Il y a environ 50 millions d’années, la Terre possédait alors des forêts humides et marécageuses semblables à celles de la Floride, jusqu’en Arctique.

Une équipe de chercheurs en géosciences anglo-saxons a joué à un jeu que plusieurs de leurs collègues, et eux-mêmes, ont déjà pratiqué depuis un certain temps déjà. Il s’agit d’utiliser les prédictions de modèles climatiques selon différents scénarios de maîtrise des émissions de gaz carbonique, considérés par le Giec, pour tenter de les connecter aux données paléoclimatologiques.

Mais, comme le montre leur travail publié dans un article de Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas), ce n’est pas à quelques centaines de milliers d’années qu’ils ont été contraints de remonter mais à plusieurs millions d’années pour rendre compte des effets du réchauffement climatique en cours. Le scénario le plus inquiétant, et ils ne sont pas les premiers à aboutir à cette conclusion, les oblige à remonter à environ 50 millions d’années dans le passé. Plus précisément, à une période de l’histoire de la Terre où elle n’était encore pas très loin de ce qui est appelé le maximum thermique du Paléocène-Éocène (Paleocene-Eocene Thermal Maximum, ou PETM).

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-vers-climat-ressemble-celui-regnait-il-y-50-millions-annees-63474/

Un #bateau à #hydrogène propulsé par des #énergies non polluantes navigue 20 000 km sans faire le plein

Energy Observer, un ancien catamaran de course, devenu laboratoire flottant de nouvelles énergies, fait le bilan de sa première campagne de navigation au salon nautique de Paris.

La question des énergies propres et moins chères est doublement d’actualité, entre la crise des « gilets jaunes » et la COP24 en Pologne, où les négociations s’embourbent. Et la réponse pourrait venir d’un bateau. Energy Observer, ancien catamaran de course devenu laboratoire flottant de nouvelles énergies, a fait le bilan lundi 10 décembre de sa première campagne de navigation au salon nautique de Paris. Lancé en 2017, il a parcouru presque 20 000 km autour de la France et dans toute la Méditerranée, uniquement propulsé par des énergies non polluantes et renouvelables. C’est peut-être l’avenir de la navigation et aussi celui de nos villes.

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/cop24/un-bateau-a-hydrogene-propulse-par-des-energies-non-polluantes-navigue-20000km-sans-faire-le-plein_3094025.html

#Énergie: Pourquoi des collectifs citoyens se mettent à produire leur propre #électricité

ENERGIE RENOUVELABLE En France, la production d’électricité est la chasse gardée de l’Etat et de quelques grandes entreprises. Mais des collectifs citoyens montent des projets de fermes solaires et éoliennes. Avec l’envie de booster les énergies renouvelables…

Il a fait beau jeudi à Aubais, petit village du Gard à mi-chemin entre Nîmes et Montpellier. Suffisamment beau pour que la ferme solaire locale, en service depuis juin, produise près de 800 kilowattheures d’électricité sur la journée. Une belle performance en cette fin d’automne et qui rassure pour la suite : les Survoltés d’Aubais ne devraient pas avoir trop de soucis à atteindre les 380 mégawattheures d’électricité qu’ils se sont engagés à injecter dans le réseau auprès de ’Enercoop, le fournisseur d’électricité qui leur rachète la production. Soit l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité (hors chauffage) de 150 foyers.

Une ferme solaire sur une ancienne décharge

Les survoltés d’Aubais ? Un collectif de 274 sociétaires qui ont mis une partie de leur épargne en commun -500 euros en moyenne- pour mettre sur pied ce projet d’énergie renouvelable et citoyenne. « Pour moitié, des habitants des environs, précise Antoine Rousseau, un de ces « survoltés ». Le noyau dur du groupe s’est rencontré lors des manifestations contre les projets d’exploitation de gaz de schiste dans les Cèvennes. Fin 2011, ils obtiennent gain de cause : les permis d’exploration des gaz de schiste dans la région sont abrogés. « Nous nous sommes retrouvés un peu penaud à se demander ce que nous pourrions faire de la dynamique créée, reprend Antoine Rousseau. Nous ne voulions plus nous battre contre mais pour quelque chose. »

Alors lorsque la région Occitanie lance un appel à projet « énergies positives et citoyennes » en 2014, les Survoltés sautent sur l’occasion en proposant de bâtir sur le site d’une ancienne décharge de la commune, un parc de panneaux photovoltaïques. C’est la première particularité des Survoltés d’Aubais : valoriser un terrain qui n’est ni constructible, ni cultivable. La deuxième ? « Nous n’avons pas emprunté un seul euro aux banques, » indique Antoine Rousseau. La souscription citoyenne a permis de réunir 170.000 euros et la région Occitanie en a donné 100.000 de plus. Enfin, Énergie Partagée, un fonds d’investissement composé d’actionnaires particuliers qui accompagne des projets d’énergie citoyenne, a contribué à hauteur de 50.000 euros. »

https://www.20minutes.fr/planete/2390319-20181210-energie-pourquoi-collectifs-citoyens-mettent-produire-propre-electricite

Le #Luxembourg va devenir le premier pays au monde à rendre les #TransportsPublics gratuits

Le Luxembourg s’apprête à devenir le premier pays au monde à rendre gratuits l’ensemble de ses transports publics.

Les amendes dans les Trains, trams et bus seront ainsi supprimés dès l’été prochain, selon le plan de la coalition gouvernementale fraîchement réélue et dirigée par Xavier Bettel, qui a prêté serment mecredi.

Ce dernier, issu du Parti Démocrate, s’est allié avec le Parti Socialiste des travailleurs et les Verts, avec le projet de donner la priorité aux questions environnementales.

https://www.cnews.fr/monde/2018-12-07/le-luxembourg-va-devenir-le-premier-pays-au-monde-rendre-les-transports-publics

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer